L’interpellation citoyenne facilitée à Huy ? You lose ! Try again ?

Interpellation au conseil communal du 19 mars 2013

La participation citoyenne à la vie politique a toujours été l’un des chevaux de bataille d’écolo. Parmi les différentes possibilités qui existent afin de combler le fossé grandissant entre la population et ses élus, l’interpellation citoyenne lors des séances du conseil communal constitue un outil fort intéressant mais largement sous utilisé.

Pourtant, le Règlement d’Ordre Intérieur du conseil communal de Huy l’autorise explicitement en son chapitre 6. De plus, cette disposition est dorénavant obligatoire au sens de l’article L1122-14, par. 2 à 6,  du Code wallon de la Démocratie locale et de la Décentralisation, suite à la réforme votée en avril 2012.

En outre, l’Union des Villes et Communes de Wallonie a élaboré, à l’aube de cette nouvelle législature communale, un nouveau modèle de règlement d’Ordre Intérieur du Conseil Communal mis à disposition des communes qui intègre le droit d’interpellation du citoyen. Ce-dernier n’est pas contraignant mais il propose des modifications importantes en faveur d’une démocratie accrue au sein de l’assemblée communale.

Cependant, le système actuellement prévu à Huy est trop contraignant pour permettre une réelle participation citoyenne. En effet, la procédure à suivre est peu claire et fort restrictive. Ainsi, le ROI interdit l’interpellation citoyenne durant un an avant et 6 mois après toute élection, ce qui arrive à peu près tous les 2 ans en Belgique…

Entre 2006 et 2012, un citoyant voulant interpeller le conseil aurait seulement pu le faire durant 14 mois sur… 72 ! Et il ne sera plus possible de le faire avant décembre 2014…

Pas étonnant dès lors que le système actuel ait connu très peu de succès depuis sa mise en place et qu’il semble pertinent d’en revoir les fondements et d’en faire une publicité accrue.

J’ai donc proposé, lors du conseil communal du 19 mars dernier, plusieurs modifications du ROI visant à renforçer la démocratie participative au sein de notre assemblée. Je vous propose de découvrir ici le projet complet de délibération.

La réponse de la majorité a été de renvoyer ce débat en commission.

S’il est compréhensible qu’une modification en profondeur du ROI nécessite une réunion de commission préalable, il ne faudrait pas que le Conseil communal devienne une simple chambre d’entérinement. En effet, c’est là que doit se dérouler le débat démocratique, en toute transparence, face à la population  ! La tendance de la majorité à renvoyer les propositions constructives de l’opposition en commission traduirait-elle une certaine peur de ce débat démocratique ? En tout cas, cela montre le peu d’intérêt qu’elle semble porter à la participation citoyenne…

Share

Réduction du jeton de présence ?

«Non, non et non : il faut pouvoir continuer à payer des verres ! »

C’est l’un des arguments invoqués par le Bourgmestre pour justifier le maintien du jeton de présence à 206,60 €, en réponse à l’interpellation du groupe écolo, par la voix de Jean Marot, lors du conseil communal du 19 mars… Cette réponse pour le moins choquante illustre la stérilité des débats qui ont eu lieu sur le sujet lors du conseil communal du 19 mars dernier.

En effet, le Code de la démocratie locale prévoit que les conseillers communaux recoivent un jeton de présence lors de la participation aux réunions du conseil communal et des commissions. Actuellement, le jeton de présence accordé aux conseillers hutois représente plus du double de ce qui est prévu dans 23 communes de l’arrondissement sur les 31. En ce qui concerne les commissions, la Ville de Huy arrive largement en tête devant toutes les communes de la province…

Certes, le travail des conseillers est un facteur important de la démocratie et doit être valorisé. Il faut engager des frais pour effectuer son travail de manière correcte, que cela soit au niveau de la documentation nécessaire ou des demi-journées de congé nécessaires pour examiner les dossiers à l’hôtel de ville.

Mais rien ne justifie que le jeton de présence hutois soit fixé à un montant si proche du maximum légal.

Nous avons donc mis à l’ordre du jour du conseil communal du mardi 19 mars une proposition visant à ramener le jeton de présence hutois à un montant plus acceptable. Nous proposions en effet de le fixer à 130,43 € (81,09 € + indexation), soit la moyenne entre le minimum de 59,81 € et le maximum de 201,05 € (chiffres de 2013).

Cependant, cette proposition a été balayée de manière totalement incompréhensible par les membres de la majorité. Ils justifient leur position par le fait que « tout le monde n’est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche » et qu’ils travaillent à perte depuis qu’ils sont conseillers communaux. Quand on voit l’assiduité de certains aux différentes réunions, on peut légitimement en douter…

Share

Un subside pour un écopasseur ?

Interpellation au conseil communal du 19 mars 2013

La Région Wallonne s’est fixée pour objectif depuis 2009 de développer les politiques d’efficacité énergétique, à travers l’Alliance Emploi-Environnement. Elle soutient et encourage dès lors également les initiatives locales dans ce domaine.

C’est pourquoi, les ministres Nollet et Antoine ont lancé un appel à projets pour l’octroi d’un poste d’écopasseur, un conseiller spécialisé en matière d’énergie et de logement, aux communes qui n’en sont pas encore pourvues ou qui l’engagent sur fonds propres.

La mission de ces écopasseurs consistera, d’une part, à effectuer un travail général d’information au citoyen sur les matières d’économie d’énergie, de logement et d’utilisation rationnelle de l’énergie, et d’autre part, à mettre en oeuvre au moins quatre missions spécifiques relatives aux matières énergie/logement que la commune peut choisir parmi les propositions comprises dans l’appel à projets (ex.: réalisation d’un cadastre énergétique des bâtiments communaux, tenue d’inventaires permanents des bâtiments inoccupés, le développement d’un plan local pour l’énergie,…).

L’offre de la Région comprend un subside pour un emploi APE et la prise en charge de la formation du futur écopasseur.

Découvrez ici l’appel à projets en question.

La Ville de Huy dispose déjà d’un guichet de l’énergie. Cependant, elle reste éligible pour cet appel à projets. En effet, non seulement elle ne dispose pas d’écopasseur formé comme tel, mais surtout, certains employés communaux qui pourraient remplir cette fonction sont engagés sur fonds propres.

J’ai donc demandé à la majorité lors du conseil communal du 19 mars si elle comptait répondre positivement à l’appel à projets.

L’échevine responsable a donné une réponse négative en justifiant sa position par la nécessité de laisser leur chance aux autres communes…

Pour ma part, j’ai du mal à comprendre la logique qui se cache derrière cet argument. En effet, ce n’est pas parce que certaines choses se font déjà qu’il ne faut pas avoir l’ambition d’aller plus loin dans la démarche. Avec un raisonnement pareil, on ne développe plus aucun projet innovant. En outre, dans un contexte où la majorité peine depuis 5 mois à former un budget en équilibre, où l’endettement est colossal, elle fait le choix de refuser une possibilité d’obtenir des subsides pour un employé communal et ainsi soulager les finances de la Ville. Non mais… allô quoi !

Share

Réunion de la commission jeunesse : un bon premier pas !

Le 11 mars dernier, pour la première fois depuis plusieurs années, la commission de la jeunesse s’est réunie. Cette rencontre faisait suite à notre proposition de ratifier la charte « Commune Jeunes admis » et fut extrêmement enrichissante !

De nombreux services de la Ville travaillant avec les jeunes étaient représentés. Nous avons pu y entendre les projets déjà développés par ces différents acteurs. Toutes ces personnes nous sont apparues très motivées et ouvertes à travailler de manière constructive à une politique ambitieuse de la jeunesse. De nouveaux projets ont même été envisagés.

Ainsi, il a été décidé d’organiser en septembre un grand forum (avec notamment des anciens membres du conseil des enfants, des étudiants des écoles secondaires de la ville, etc.) où les jeunes pourront proposer les projets qui leur tiennent à cœur. Il s’agit d’un premier pas vers la constitution d’un conseil consultatif des jeunes, l’une des idées phares de notre programme !

Comme quoi, même dans l’opposition, on peut faire avancer les choses. Espérons que cette belle étape ne reste pas sans lendemain…

Share

Ici, pas de tsunami, mais des milliers de fissures !

Écolo j Huy-Waremme était présent à la manifestation STOP TIHANGE « Remember Fukushima » du 10 mars dernier !

Après une première mobilisation anti-nucléaire en septembre 2011 où plus de 2000 personnes avaient déjà fait entendre leur voix pour une sortie rapide du nucléaire, Huy a à nouveau accueilli une manifestation internationale ce dimanche 10 mars 2013. Comme il y a 2 ans, les jeunes écolos de Huy-Waremme étaient de la partie.

En Belgique comme ailleurs, avec le nucléaire, le risque ZERO n’existe pas !!!

Notre présence se justifiait d’autant plus que, depuis cette première manifestation, la situation a évolué. En effet, il y a quelques mois, on découvrait des milliers de micros-fissures dans les réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 ce qui a engendré leur fermeture… provisoire ! Or, même si Electrabel soutient sans surprise que ses centrales sont totalement sures, de nombreux experts ne partagent pas cet avis, y compris au sein de l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire qui a ordonné des analyses plus approfondies des cuves avant de donner un avis définitif sur le redémarrage des réacteurs à l’arrêt. En outre, le 7 février dernier, l’ancien directeur de l’organe allemand de contrôle des installations nucléaires, Monsieur Dieter MAJER, qualifiait le redémarrage éventuel des réacteurs nucléaires de Doel 3 et Tihange 2 d’irresponsable.

Les catastrophes de Fukushima, Tchernobyl, Three Mile Island et autres ont démontré au prix de nombreuses vies que le risque zéro n’existe pas ! écolo j Huy-Waremme veut rappeler que le nucléaire est dangereux, infiniment polluant (déchets, radiations, contamination) et extrêmement coûteux.

La position qu’écolo j Huy-Waremme a défendu ce dimanche était donc simple : pas de redémarrage tant que l’on ne dispose pas de toutes les garanties nécessaires apportées par les experts nationaux ET internationaux quant à la sécurité des réacteurs. Nous avons également rappelé qu’il est important de suivre la loi de 2003 concernant la sortie phasée du nucléaire. C’est en effet le seul moyen de préparer un avenir plus vert, plus propre et plus sûr pour les générations futures, ce qui, en tant qu’organisation de jeunesse, constitue notre cheval de bataille. Enfin, avoir une vision claire permettant d’investir dans un avenir plus durable constitue également la seule façon de ne pas prendre en otage les travailleurs, nombreux dans notre région, comme le font actuellement les partis du gouvernement fédéral, coupables par leur indécision.

Cette manifestation qui se voulait avant tout pacifiste, créative et familiale fut une vraie réussite et une occasion de plus de rappeler nos engagements en faveur d’une sortie progressive du nucléaire.

Julie & Rodrigue, co-présidents d’écolo j Huy-Waremme

Les photos de la manif, c’est par ici !

Share