Centrale nucléaire de Tihange : beaucoup d’incidents et peu de réponses…

Les centrales nucléaires ont à nouveau défrayé la chronique au cours de cet été 2015. L’Agence fédéral de contrôle nucléaire (AFCN) parle même d’une multiplication « exceptionnelle » d’incidents. Lors du Conseil communal de ce 8 septembre, nous interpellerons la majorité afin d’obtenir plus d’informations quant à leur nature exacte et aux mesures prises afin d’éviter que cela se reproduise…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Selon l’AFCN, 8 infractions ont été recensées en 2015, dont 7 rien que sur l’été. Cette succession exceptionnelle d’incidents a même poussé l’Agence à suspendre 4 employés de la centrale et menacer Electrabel d’exiger la fermeture de la centrale si la situation ne s’améliore pas. Un problème technique est également survenu à la mi-août, entraînant l’arrêt pour plusieurs semaines du dernier réacteur qui était encore en service sur le site. Durant le mois d’août, un vélo à dynamo produisait donc plus d’électricité que les trois réacteurs nucléaires de Tihange…

Que l’AFCN tire ainsi la sonnette d’alarme peut faire l’objet de deux interprétations. On peut considérer, comme le Bourgmestre l’a indiqué dans la presse, que c’est rassurant puisqu’elle joue ainsi parfaitement son rôle de contrôleur (ce qui est la moindre des choses vu qu’il s’agit de son boulot). Mais il s’agit surtout d’un aveu de faiblesse quant à la « culture de la sécurité », insuffisante selon les termes d’Electrabel et de l’AFCN elles-mêmes, qui règne à la centrale.

Alors que les centrales sont vieillissantes et viennent d’être prolongées, il faudrait pourtant redoubler de vigilance. Or, on apprend dans la bouche du directeur de l’AFCN que la « culture de la sécurité y est insuffisante », qu’il y a un « manque de responsabilité de l’exploitant », ou encore que « l’autosuffisance pourrait expliquer ces manquements » (le compte-rendu de la sous-commission nucléaire du 19 août dernier est à ce sujet très interpellant…). Faut-il rappeler qu’on parle ici de sécurité nucléaire et pas d’un fabriquant de lunettes ?! Quand on joue avec la sécurité de la population, toute approximation est inacceptable et la plus grande clarté doit être de mise !

Dans cette optique, le groupe EcoloHuy souhaiterait connaître la nature exacte des incidents qui se sont produits. Nous souhaiterions également savoir pour quel(s) problème(s) l’AFCN a transmis un PV au parquet, fait rarissime depuis la mise en service des centrales. Ensuite, quelle formation de « renfort de la culture de la sécurité » sera-t-elle proposée aux travailleurs du site ? Tiendra-t-elle spécifiquement compte du vieillissement de l’outil suite à la prolongation de la durée de vie des centrales ? Dans la presse, les syndicats parlent d’un rythme de travail trop soutenu expliquant les erreurs commises. Cette affirmation est interpellante : est-ce la réalité? Par ailleurs, comment se fait-il que le bourgmestre faisant fonction n’ait pas été prévenu directement par la centrale suite à l’incident du mois d’août, alors qu’il est responsable de la sécurité publique en l’absence du bourgmestre ? Enfin, afin d’éclaircir tous ces éléments dans le détail, nous demanderons à la majorité d’organiser prochainement une réunion de commission avec Monsieur Jan Bens, le directeur de l’AFCN.

•••

Toujours au sujet du nucléaire, nous poserons également une question quant à l’absence du publication sur le site internet de la Ville du Plan d’urgence nucléaire, censé informer les citoyens des dispositions à prendre en cas d’incident nucléaire, et ce en violation de la directive Seveso III. Un nouveau plan a ainsi été adopté par le Conseil communal du mois de juin et n’est toujours pas en ligne, tout comme d’ailleurs le précédent plan. Nous avions déjà souligné ce problème il y a trois mois mais rien n’a été fait depuis. Quand cela sera-t-il réglé ?

 

Share

Soutien « à la carte » de la Ville aux mouvements de jeunesse…

Depuis plusieurs années, la Ville apporte un soutien aux mouvements de jeunesse dans l’acheminement de leur matériel jusqu’à leur endroit de camp. Cette aide, octroyée sur demande, est précieuse pour les unités concernées puisqu’elle permet d’économiser pas mal de moyens humains et financiers, bien nécessaires pour mener à bien leurs projets.

mvt jeunesse

Or, cette année, alors qu’une demande avait été adressée dans les temps à la Ville comme chaque fois, celle-ci a refusé de les aider pour le transport du matériel à l’aller. Prévenus au dernier moment, les animateurs concernés ont donc dû trouver une solution d’urgence, ce qui a entraîné un surcoût non budgétisé de plusieurs centaines d’euros. Pour le retour du matériel, fort heureusement, la Ville a, en dernière minute, décidé d’apporter son aide et cela n’a pas posé de problèmes.

La question qui se pose est dès lors de savoir pourquoi cette aide n’a pu être apportée que de façon partielle en 2015 alors qu’une demande avait été formulée comme chaque année ? Comment faire en sorte que cela ne se reproduise plus et que les responsables de mouvements de jeunesse puissent préparer leurs camps sereinement sans devoir faire face à ce type de mauvaise surprise de dernière minute ?

Share