Vidéo : « Ecolo veut fermer les centrales nucléaires  » – RTC

rtc nucléaire

A quelques jours des trente ans de l’accident nucléaire de Tchernobyl, Ecolo a tenu une conférence de presse non loin de la centrale de Tihange. Les Verts estiment que les centrales nucléaires en Belgique posent beaucoup trop question et qu’il est désormais grand temps de les fermer définitivement.

Retrouvez le reportage sur : http://www.rtc.be/reportages/politique/1470802-ecolo-veut-fermer-les-centrales-nucleaires.

 

Share

« 11 personnes exclues de la centrale nucléaire de Tihange: «Je ne saurais pas vous dire s’il y avait un réel danger» » – L’Avenir HW (13/04/2016)

Onze accréditations ont été retirées à des personnes travaillant à la centrale nucléaire. Le bourgmestre de Huy l’avoue: «Je ne saurais pas vous dire s’il y avait un réel danger qui justifie qu’ils ont été écartés».

Plusieurs travailleurs de la centrale nucléaire de Tihange ont été privés de leur habilitation. Et cela, deux jours après les attentats de Bruxelles. Y a-t-il un lien de cause à effet? Difficile de ne pas le penser. Mardi soir, au conseil communal de Huy, l’écolo Rodrigue Demeuse a posé la question. Onze travailleurs qui se voient privés de leur badge d’accès au site, c’est interpellant. Sept d’entre eux l’ont été dans la foulée de la fusillade de Forest du 15 mars, quatre autres suite aux attentats du 22 mars.« On sait que les centrales nucléaires sont des cibles potentielles pour des actes terroristes », a noté le conseiller écolo. (…)

Catherine Duchateau

Lire la suite sur le site de L’Avenir Huy-Waremme.

 

Share

Menace terroriste : qu’en est-il de la centrale nucléaire de Tihange ?

P3100049-1024x768

Deux jours après les tragiques attentats que la Belgique a connu au mois de mars, on apprenait que onze travailleurs de la centrale nucléaire de Tihange avaient été privés de leur badge d’accès au site. Cette information pose de nombreuses questions et nous interpellerons donc le Collège à ce sujet lors du Conseil communal de ce 12 avril.

Selon les informations parues dans la presse, le retrait des habilitations à pénétrer sur le site nucléaire serait intervenu en deux phases : sept travailleurs auraient été privés de badge dans la foulée de la fusillade de Forest du 15 mars et quatre autres suite aux attentats du 22 mars.

On sait que les centrales nucléaires sont des cibles potentielles pour des actes terroristes. C’est d’ailleurs ce qui a justifié récemment l’envoi de militaires pour protéger les lieux. Les frères El Bakraoui, auteurs des attentats de Bruxelles, ont ainsi par exemple surveillé les allées et venues d’un responsable du centre nucléaire de Mol. Plusieurs études démontrent en outre que les sites nucléaires sont malheureusement vulnérables.

Le vendredi 18 mars, une très intéressante commission était organisée à l’Hôtel de Ville de Huy en présence de représentants d’Electrabel et de l’AFCN. Or, s’ils ont apporté aux conseillers communaux présents pas mal d’informations instructives, ils se sont bien gardés d’évoquer le retrait des sept habilitations qui avait déjà eu lieu.

C’est pourquoi, nous demanderons, lors du Conseil communal de ce mardi, que le Collège nous informe de l’ensemble des éléments qu’il a en sa possession concernant les interdictions d’accès de ces onze travailleurs.

Il en va de la sécurité des Hutois et de l’ensemble des citoyens de ce pays !

Nous poserons donc une série de questions.

Le Collège a-t-il entamé des démarches pour connaître les raisons de ces retraits d’habilitation ? Si oui, quelles sont ces raisons ? Y-a-t-il un lien les attentats que la Belgique a connus ? Ces personnes représentaient-elles un danger pour la centrale ? Quels étaient leur fonction exacte au sein du site ? Sont-elles employées par Electrabel ou par des sous-traitants ?

Et enfin, de façon plus large, une menace terroriste particulière pèse-t-elle sur la centrale nucléaire de Tihange et le Collège communal peut-il assurer les Hutois de la parfaite protection du site face à une éventuelle menace ?

Share

A quand une collecte des déchets verts et organiques à Huy ?

déchets organiques

Intradel vient de publier son bilan 2015 en matière de tri des déchets. Et si la situation est plutôt bonne dans l’ensemble de notre arrondissement, la Ville de Huy reste le plus mauvais élève des 31 communes de Huy-Waremme en matière de déchets résiduels.

Lors du Conseil communal de ce 12 avril, nous interpellerons donc le Collège afin de savoir ce qu’il compte mettre en place pour améliorer la situation, en revenant avec l’idée, déjà proposée par le groupe Ecolo il y a près de deux ans, d’organiser une collecte des déchets verts et organiques.

Les déchets résiduels sont les déchets qui n’ont pas pu être recyclés et qui filent donc directement à la décharge. Alors qu’à Modave, en tête du classement, chaque habitant en produit 76 kilos par an, ce chiffre grimpe à 133 à Huy, dernière du peloton dans notre arrondissement.

Si ce mauvais score s’explique sans doute par le contexte urbain propre à notre Ville, où de nombreuses personnes vivent en appartement et ne disposent donc pas de la possibilité de réaliser un compost, des solutions sont possibles.

L’une d’entre elles consiste en l’organisation d’une collecte des déchets verts et organiques, comme nous l’avions déjà proposé en septembre 2014, par la voix d’Isabelle Denys.

En effet, 50% des déchets non triés sont des déchets organiques et biodégradables. Collectés séparément, ils peuvent donc être recyclés par des techniques de compostage industriel ou de biométhanisation, un procédé permettant la production d’électricité, de chaleur et de compost de qualité.

Depuis 2011, la Ville de Liège, par exemple, organise déjà une telle collecte en collaboration avec Intradel, sur base volontaire, et le succès est au rendez-vous. Cela se présente sous la forme d’un conteneur à puce ou de sacs biodégradables dans lesquels on peut mettre les restes de repas, les épluchures, les petits déchets de jardin, etc. Au total, 46 communes disposent déjà d’un tel système en Province de Liège, dont des communes voisines comme Amay ou Wanze, ce qui permet de recycler annuellement 21.000 tonnes de déchets organiques.

A la question du groupe Ecolo, le Collège avait répondu réfléchir à cette possibilité. Nous lui demanderons donc, lors du Conseil communal de ce 12 avril, où en est la réflexion deux ans plus tard, au vu des piètres résultats en matière de production de déchets résiduels.

Nous poserons également la question de savoir si d’autres mesures sont envisagées pour améliorer la situation.

Share