Un terrain pour l’atterrissage de l’hélicoptère médicalisé à Huy ? Il y a urgence !

Tout le monde connaît l’hélicoptère médicalisé de Bras-sur-Lienne qui offre un service médical d’urgence particulièrement efficace et utile lorsqu’une intervention très rapide s’avère nécessaire.

Jusqu’il y a peu, pour déposer ou transporter des patients vers ou depuis le CHRH, il atterrissait à Huy en deux endroits : sur le carrefour de Huy-Sud et à la caserne des pompiers. Les interventions étaient très régulières puisque l’on comptait au moins un atterrissage toutes les deux semaines.

Or, suite au durcissement récent de la législation aéronautique, il est désormais interdit à l’hélicoptère médicalisé d’atterrir à Huy dans les deux endroits qui étaient prévus à cet effet, sauf situation d’urgence exceptionnelle.

Il n’y a donc plus que quelques atterrissages par an, ce qui pose réellement problème en termes de santé publique, de service au citoyen et de développement du CHRH.

A moyen terme, l’hôpital a prévu la construction d’un héliport sur son site, ce qui devrait porter le potentiel d’atterrissages à une cinquantaine par an.

Mais d’ici là, il faut absolument trouver rapidement une solution alternative.

C’est pourquoi, la Province de Liège a décidé, en janvier dernier, d’apporter un soutien financier aux communes qui souhaitent équiper un terrain de football d’un dispositif de commande à distance de l’éclairage par l’hélicoptère médicalisé, de façon à permettre son atterrissage.

De nombreuses communes de notre arrondissement ont répondu positivement à cet appel. C’est notamment le cas de Braives, Burdinne, Clavier, Modave, Ouffet, Villers-le-Bouillet, Remicourt, Waremme, Ferrière, Marchin et Clavier.

La Ville de Huy, en revanche, n’a introduit aucune demande. Or, il semble essentiel qu’elle équipe elle aussi un terrain de football de ce dispositif, a fortiori vu la présence sur son territoire d’un hôpital régional.

Le CHRH a écrit en ce sens à la Ville en indiquant que le Stade Legrand, à Tihange, ferait parfaitement l’affaire.

Lors du Conseil communal de ce mardi 21 août, nous proposerons donc à la Ville de répondre positivement à cet appel.

Share

Comment rendre le plan canicule plus efficace pour nos aînés ?

Avec les Diables rouges, l’autre évènement qui a marqué l’été, c’est bien évidemment la chaleur caniculaire, extrêmement difficile à supporter pour de nombreuses personnes plus fragiles. On pense avant tout aux personnes âgées qui sont souvent isolées et livrées à elles-mêmes. Et malheureusement, les périodes de fortes chaleurs sont amenées à se répéter dans les prochaines années.

Cet été, la Ville de Huy a donc activé son « plan canicule » dont l’objectif est de venir en aide aux personnes âgées, en contactant chaque matin, par téléphone, les personnes de plus de 75 ans inscrites à cet effet auprès des services communaux.

S’il s’agit évidemment d’une initiative positive tout à fait louable, force est de constater qu’elle reste très ponctuelle et clairement insuffisante.

Ainsi, selon nos informations, seuls 50 citoyens de plus de 75 ans se seraient inscrits sur les 1431 citoyens contactés. C’est extrêmement peu et cela pose évidemment question.

Lors du Conseil communal de ce mardi 21 août 2018, nous interpellerons donc le Collège afin de connaître le bilan qu’il tire de la mise en œuvre du plan canicule et, surtout, de l’inviter à prendre des dispositions complémentaires pour toucher l’ensemble des citoyens vulnérables et les soutenir plus efficacement.

C’est notamment l’occasion de rappeler notre proposition, faite en mars 2017, de mettre en place un réseau d’ « anges gardiens » à Huy, par lequel des bénévoles s’inscriraient sur un répertoire et offriraient leur aide aux personnes en difficulté, pour le transport, les courses, ou tout simplement leur tenir compagnie ou prendre régulièrement de leurs nouvelles. La Ville pourrait alors jouer le rôle d’interface dans ce réseau, qui ne coûterait rien et serait parfaitement complémentaire avec les services déjà existants.

Cette idée aura-t-elle plus de succès cette fois-ci, suite aux fortes chaleurs de cet été ? Réponse lors du conseil de ce mardi soir.

Share

Pourquoi ne pas réhabiliter le sentier reliant la rue du Marais à la rue Legrand ?

Le comité de quartier de Tihange bas interpelle régulièrement la Ville depuis plusieurs années pour demander la réhabilitation d’un sentier sur le lit d’un ancien ruisseau reliant le coin de la rue du Marais à l’extrémité de la rue Legrand.

Il s’agit d’un sentier qui existait à l’époque mais qui a progressivement disparu et n’est malheureusement plus accessible aujourd’hui.

Sa réhabilitation améliorerait pourtant considérablement la qualité de vie des Tihangeois et aurait beaucoup de sens dans le cadre de la nouvelle redynamisation du Centre Nobel. Ce sentier permettrait en effet d’accéder, dans un sens, à la crèche, au Centre Nobel, aux terrains de football, au zoning commercial, et dans l’autre sens, au centre de Tihange, à l’église, la pharmacie, les écoles, etc.

Un tel projet permettrait donc aux riverains de se déplacer d’un côté à l’autre de Tihange en toute sécurité, alors que la circulation automobile y est parfois très dense et dangereuse pour les piétons, cyclistes et PMR.

Les riverains sont d’ailleurs tout à fait prêts à mettre la main à la pâte pour réhabiliter ce sentier, mais ils ont besoin de l’aide et de l’autorisation de la Ville.

La Ville peut-elle donc s’engager à les aider à réaliser ce beau projet pour leur quartier ?

Share