Motion de soutien aux Editions de l’Avenir

Le 23 octobre dernier, Nethys, propriétaire des Editions de l’Avenir, a annoncé une importante restructuration du groupe impliquant le licenciement d’un quart du personnel, soit 60 équivalents temps plein. Ces licenciements s’accompagnent en outre de la décision de confier l’impression du journal au groupe Rossel et d’en changer le format.

Cette décision est non seulement dangereuse pour l’indépendance et la qualité du journal, mais aussi irrespectueuse du personnel qui effectue au quotidien un travail essentiel dans des conditions déjà extrêmement difficiles. Comment peut-on en effet croire que la qualité du journal restera la même avec un quart des moyens humains en moins, sans terminer d’épuiser complètement les équipes ?

C’est pourquoi, le groupe Ecolo déposera, lors du conseil communal de ce 13 novembre 2018, une motion visant à marquer le soutien de la Ville de Huy aux travailleurs du journal et à demander que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilité pour sauvegarder cet outil important.

La presse constitue en effet un pilier essentiel de notre démocratie. C’est son indépendance et son efficacité qui garantissent l’information libre et correcte du grand public, participant notamment au contrôle des actes posés par les pouvoirs publics. A ce titre, les libertés de presse et d’expression sont garanties par de nombreuses conventions internationales et par notre Constitution, en tant que droits fondamentaux.

Il est donc de la responsabilité des communes associées au groupe Publifin, détenteur du groupe Nethys, qui pour rappel fonctionne avec 100% de capitaux publics, de faire entendre leur voix dans ce débat pour appeler à sauvegarder le pluralisme, l’indépendance et la qualité de la presse.

Encore une fois, les communes ont été mises devant le fait accompli par les dirigeants de Nethys qui n’ont même pas informé le Conseil d’administration de Publifin, où siègent les représentants communaux, des décisions qui allaient être prises au sujet des Editions de l’Avenir. Des décisions extrêmement violentes et indignes d’une entreprise à capitaux publics…

A travers la motion déposée au conseil communal, nous demandons donc à la Ville de Huy de marquer son désaccord avec les décisions annoncées par le management de Nethys.

Nous demandons par ailleurs à la Ville de se positionner en faveur d’une sortie immédiate des Editions de l’Avenir du groupe Publifin-Nethys, comme le demandait le rapport de la commission d’enquête Publifin. Cela pourrait se faire en passant par exemple par une reprise, au moins temporaire, par un outil wallon dans le cadre d’une opération de portage régional, comme demandé par l’ensemble des groupes politiques du Parlement wallon il y a quelques mois.

Nous demandons enfin que tous les administrateurs du groupe Publifin-Nethys veillent en tout temps au respect des travailleurs et de leurs droits aux perspectives de pérennité et de développement du journal L’Avenir.

Découvrez le texte de la motion.

Share

Motion pour plus de transparence suite au scandale Publifin

Suite au scandale Publifin, le groupe Ecolo soumettra ce mardi 21 février, lors du Conseil communal, une motion poursuivant plusieurs objectifs.

Le premier objectif est évidemment de dénoncer les abus mis au jour par toute cette affaire et le tort qu’ils font à la démocratie.

Mais le but recherché par cette motion n’est pas d’être polémique ou de pointer du doigt les uns ou les autres. D’autres lieux que le Conseil communal de Huy sont en effet plus appropriés pour faire toute la lumière sur ce qui s’est passé et sur les responsabilités des différents acteurs.

Au contraire, le but de ce texte est de contribuer à restaurer la confiance des citoyens dans les mandataires politiques en réaffirmant notre volonté, à tous, d’être transparents et d’agir exclusivement dans l’intérêt général de nos concitoyens.

Car ce qui nous met le plus en colère dans toute cette histoire Publifin, c’est que par le comportement totalement immoral et indécent de certains mandataires, le discrédit a été jeté sur l’ensemble de la classe politique et sur l’ensemble des intercommunales, outils pourtant essentiels au développement socio-économique de notre société.

Or, nous sommes convaincus qu’il y a, dans tous les partis, énormément de gens de qualités et investis pour le bien commun.

Toujours est-il que cette affaire démontre la nécessité d’adopter de nouvelles règles encore plus strictes, mais surtout de faire appliquer les règles déjà votées par la Région.

Quel contenu ?

C’est donc l’objet de cette motion qui porte sur deux volets. Tout d’abord, elle réaffirme l’engagement de tous au sein du Conseil à servir l’intérêt général du mieux possible, dans le respect des règles légales mais surtout éthiques.

Dans un second temps, elle vise à réclamer une série de choses, à l’instar de ce qu’ont fait d’autres communes membres de Publifin, comme Herstal ou Thimister :

  • Faire la clarté totale sur le fonctionnement de Publifin, qui a échappé aux mécanismes classiques de tutelle, permettant d’identifier les dysfonctionnement, et mettre en place un mécanisme de contrôle renforcé.
  • Mettre en place un cadastre public des mandats, missions, contrats, intérêts directs et indirects de tous les mandataires, élus et non élus, présents au sein de Publifin et de ses filiales, et de toute structure à caractère public.
  • Requérir la justification de l’affectation des résultats et des précisions sur les montants distribués aux actionnaires ainsi que des projections fiables pour l’avenir.
  • Solliciter l’instauration pour les dirigeants et mandataires de toute structure à caractère public de normes de plafonnement claires, raisonnables et transparentes pour leur rémunération et de règles de délégation de pouvoir ;
  • D’instaurer l’interdiction rapide du cumul entre une fonction dirigeante exécutive au sein d’une entreprise publique ou privée à participation publique et un mandat exécutif dans une commune ou une province.

Découvrez ici le texte complet de la motion proposée ce mardi soir.

Share