Quels dispositifs mis en place par la Ville pour faciliter le vote des personnes handicapées ?

Il y a 6 ans, juste avant les élections de 2012, nous avions rencontré une habitante de Saint-Léonard dont la fille était aveugle. Sa fille souhaitait absolument exercer son droit de vote, mais cette dame était dans l’impossibilité de la conduire au bureau de vote et encore moins de l’assister pour voter. Elle était donc allée trouver la Ville pour savoir quelle(s) aide(s) elle pouvait obtenir. Et la seule réponse qu’elle avait obtenue avait été : « Adressez-vous à un parti politique »…

Cette réponse n’est évidemment pas satisfaisante et démontre l’importance d’améliorer la situation !

La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée par la Belgique en 2009, stipule explicitement que le vote doit être accessible à tous et que les autorités doivent organiser l’aide nécessaire pour permettre à toutes les personnes handicapées d’aller voter.

D’où la question que nous poserons à l’occasion du Conseil communal de ce 25 juin, qui comporte deux volets.

1) Quelles initiatives spécifiques la Ville compte-t-elle mettre en place afin de faciliter l’accès aux bureaux de vote pour les personnes souffrant d’un handicap ? Notamment en termes de transports, d’accessibilité de l’ensemble des bureaux de vote, de sensibilisation des présidents de bureaux et assesseurs, etc. Pourquoi ne pas également installer des bureaux de vote dans certaines maisons de repos pour les personnes âgées qui ont du mal à se déplacer ?

2) Et surtout, comment la Ville envisage-t-elle d’informer efficacement les citoyens concernés des différentes aides qui existent ou seront mises en place et pour lesquelles une demande spécifique doit être effectuée préalablement (transport, assistance, bureaux adaptés) ? A cet égard, c’est notamment essentiel d’informer le personnel communal afin qu’il puisse répondre adéquatement aux questions qui lui seront posées.

Share

Quel avenir pour les œuvres d’art en Ville ?

 

 

 

 

 

 

 

 

L’installation de la cabine de l’ancien téléphérique sur le rond-point situé au bout du Quai d’Arona a récemment fait couler beaucoup d’encre et de salive. Au-delà du symbole et de l’avis des uns et des autres sur l’aspect esthétique ou approprié de l’installation, c’est l’occasion de s’interroger sur la place de l’art en Ville.

De nombreuses œuvres d’art se trouvent en effet dans un état de dégradation avancée. Elles sont très peu entretenues et absolument pas mises en valeur. Parfois, elles ont carrément disparu, ne laissant subsister que la structure, ce qui représente un danger puisque des personnes en viennent même à trébucher et s’y blesser.

C’est notamment le cas des œuvres situées sur l’Avenue des Ardennes et aux alentours…

Nous pensons principalement aux peintures d’Eric Lefebvre fortement dégradées, à la sculpture de Cécile Plancq, abîmée et peu entretenue, et surtout à l’œuvre de Lorent Matagne, pour lequel nous avons évidemment une pensée particulière, vandalisée il y a 6 ans et jamais réparée depuis…

D’où la question que nous poserons lors du Conseil communal de ce 25 juin : que compte faire concrètement le Collège pour rénover et entretenir ces œuvres qui en ont bien besoin et qui sont une vitrine de notre Ville ?

Et de façon plus générale, ne faudrait-il pas avoir une réflexion plus large sur la conservation et l’entretien de l’art en Ville, en réalisant notamment un état des lieux des œuvres d’art qui se trouvent sur le territoire communal afin d’établir un plan de restauration et d’entretien de celles-ci ?

Share

Notre programme : 600 idées pour créer #Huyautrement en 6 ans !

Après des dizaines d’heures de rencontres, de réunions avec les comités de quartier et avec les forces vives de la Ville, de porte-à-porte chez les Hutoises et les Hutois, le voilà, il est enfin là : le programme. Ecolo est le premier parti à divulguer son projet de Ville pour les élections du 14 octobre 2018. Le contenu ? 600 idées pour créer #HuyAutrement en 6 ans !

Ces 600 idées ne tombent pas du ciel ; elles ont été portées par nos Conseillers communaux dans l’opposition durant toute la mandature précédente lors de chaque Conseil, elles ont été étudiées par tous nos candidats et sympathisants au sein de groupes de travail ouverts, mais surtout elles ont émergé des demandes concrètes lors de nos rencontres avec vous. C’est ça aussi une autre manière de faire de la politique : un programme qui ne ressemble pas à des paroles en l’air de politiciens, mais traduit les réalités du terrain et les demandes des citoyens.

Nous en sommes convaincus : Huy a aujourd’hui besoin d’énergie, de dynamisme et d’un projet de redéploiement enthousiasmant porté par des responsables qui s’y consacrent à 100%. Leur rôle est d’insuffler une véritable vision créative, sociale et innovante, en mobilisant réellement tous les Hutois qui ne demandent qu’à faire bouger leur Ville.

Alors, la voilà cette nouvelle vision d’une Ville de Huy qui bouge pour toutes et tous : un programme ambitieux mais réaliste, divisé en 9 chapitres qui traduisent chacun un idéal et qui seront dévoilés tout au long de l’été.

  1. Notre Ville est solidaire, elle relève le défi de l’interculturalité, elle offre un logement pour tous et elle promeut la santé;
  2. Notre Ville offre une mobilité fluide, sûre et apaisée pour chaque usager;
  3. Notre Ville est touristique, culturelle, sportive et dynamique;
  4. Notre Ville est commerçante et attractive;
  5. Notre Ville associe les citoyens aux décisions prises, en toute transparence;
  6. Notre Ville est amie des enfants, des jeunes, des familles et des aînés;
  7. Notre Ville est énergétique, verte, propre et agréable;
  8. Notre Ville est rurale, agricole et respecte le bien-être animal;
  9. Notre Ville assure un cadre de vie sûr et propre.

600 idées pour créer #HuyAutrement en 6 ans ! C’est par ici : Demandez le programme !

Share

L’ancien Zeeman à vendre : Ecolo Huy veut un projet global pour le chancre de la rue Neuve

C’est maintenant officiel sur Immoweb : l’ancien bâtiment Zeeman de la rue Neuve est à vendre pour plus de 500.000€ (https://www.immoweb.be/fr/annonce/immeuble-de-bureaux/a-vendre/huy/4500/id7507651). Marqués par une déclaration d’inhabilité depuis l’effondrement en septembre 2015, les deux immeubles doivent encore être démolis avant de développer dans le futur un hypothétique « projet immobilier comprenant un rez commercial de 230m2 ou deux de 115 m2 avec minimum deux étages d’appartements ».

Pour ceux qui en doutaient encore, la vente des deux immeubles Zeeman confirme qu’il n’existe, à ce stade, absolument pas de projet commun entre propriétaires pour remplacer le chancre de la rue Neuve. Et ce, alors que le Bourgmestre avait donné comme dernier délai aux propriétaires pour lui proposer un projet commun jusqu’à… fin 2017, puis janvier, et enfin avril. Or, fin mai, force est de constater que certains propriétaires semblent vouloir sauver les meubles dans leur coin.

« Ce que nous craignions arrive donc, constate Rodrigue Demeuse, chef de groupe au Conseil communal. Au lieu d’un projet global qui aurait représenté une réelle opportunité pour redynamiser la rue Neuve, chacun fait son petit projet dans son coin et le Collège reste spectateur. Cela témoigne d’une absence criante de vision ».

Une réunion de la dernière chance s’est bien tenue début mai entre les propriétaires, leurs avocats et la Ville, mais aucun plan concret n’a à nouveau pu y être présenté, si ce n’est une nouvelle promesse de projet pour l’été, n’associant pas l’ancien bâtiment Zeeman. De nombreux mois supplémentaires vont donc encore être perdus, au détriment de l’intérêt général, des commerçants et des Hutois…

Le groupe Ecolo Huy déplore un manque d’ambition pour la redynamisation de la rue Neuve – autrefois l’artère commerciale la plus importante de la Ville de Huy. Il ne suffit en effet pas de permettre à des promoteurs, de manière isolée et non-coordonnée, de spéculer sur l’achat d’immeubles effondrés et la reconstruction de surfaces commerciales isolées les unes des autres. Rodrigue Demeuse appelle la majorité à reprendre la main dans le dossier : « C’est une question de responsabilité politique. Se contenter de reconstruire à l’identique ne suffit pas. Il faut un projet associant l’ensemble de la zone et réfléchi avec les Hutois et les commerçants du quartier ».

Pour Ecolo Huy, la procédure d’expropriation de tous les immeubles effondrés de la rue Neuve s’impose plus que jamais comme la seule solution permettant à la Ville de transformer positivement ce terrain vague en plein centre-ville. « On a déjà perdu trop de temps en dépendant exclusivement des intérêts privés », explique Samuel Cogolati. « Il est urgent d’organiser un concours d’architectes participatif et innovant permettant aux Hutois, y compris les commerçants de la rue Neuve, de donner leur avis sur le meilleur projet pour redynamiser la rive Gauche ».

Les commerçants et les riverains ont déjà assez souffert de l’image détériorée du quartier ; il est urgent de passer à l’action. Le Collège doit maintenant initier les démarches d’expropriation du chancre, ce qui aura au minimum le mérite de mettre la pression sur les différents acteurs pour avancer rapidement vers un projet positif et innovant pour la rue Neuve !

Share