Un droit d’interpellation par les Hutois vraiment effectif

Le fossé est de plus en plus grand entre les citoyens et le monde politique. Durant la dernière campagne, nous avons à nouveau rencontré des dizaines de personnes ayant l’impression que tout se décide sans eux, qu’ils ne sont pas écoutés par les politiques.

Des outils existent pourtant pour permettre aux citoyens de participer à la vie politique, comme notamment le droit d’interpellation citoyenne. Les Hutois ont en effet le droit d’interpeller directement le Conseil communal, mais l’ignorent souvent. 

Ainsi, alors que ce pouvoir est très utilisé dans certaines communes, ce n’est pas du tout le cas à Huy. Sous la législature précédente, nous avons malheureusement assisté à seulement trois interpellations du Conseil par des Hutois.

En cause : non seulement une absence de publicitédu système (rien sur le site web de la Ville ni dans le Huy Mag), mais surtout un règlement beaucoup trop complexe et inadapté, avec notamment des délais bien trop longs pendant lesquels aucune interpellation n’est permise. Dans l’état actuel du règlement, aucune interpellation n’est en effet autorisée pendant 1 an avant toute élection et 6 mois après toute élection. Cela signifie qu’aucune interpellation ne serait par exemple possible avant le mois de décembre prochain.

D’un commun accord, les 3 groupes de l’opposition à Huy, Ecolo, DéfiPourHuy et le PTB, déposeront donc ce lundi 17 décembre un projet de délibération visant à améliorer la procédure actuelle d’interpellation, afin que cela devienne une habitude avant chaque conseil !

Nous proposerons ainsi de faciliteret de populariser l’interpellation du conseil par les citoyens via 5 modifications principales :

  • Octroyer ce droit dès l’âge de 16 ans, comme cela se fait par exemple en région bruxelloise, pour permettre aux jeunes d’être également acteurs de la vie de la Ville ;
  • Supprimer tout délai d’interdiction pour poser une question ;
  • Permettre que l’interpellation soit déposée 5 jours francs avant le conseil communal, comme pour les conseillers communaux (et non 15 jours comme c’est le cas actuellement) ;
  • Permettre une interpellation de 10 minutes(au lieu de 2 minutes actuellement) et, surtout, une réplique du citoyen(impossible actuellement) ;
  • Et surtout, améliorer la publicité de l’interpellation citoyenne, via tous les canaux de communication dont dispose la Ville, et notamment le site web. 

Il nous apparaît en effet essentiel d’être à l’écoute des Hutois et de leur offrir la possibilité de s’exprimer avant chaque Conseil communal s’ils le souhaitent. A l’heure où le citoyen se détourne de plus en plus du politique, c’est l’exemple même de ce à quoi doit ressembler une démocratie modernedu 21è siècle. C’est par ce type d’initiatives, couplée à d’autres telles que la diffusion du conseil sur le web et la décentralisation des conseils, que l’on réduira enfin le fossé qui se creuse de plus en plus entre la politique et les citoyens.

Share

Quelques pistes pour sécuriser les abords de la Foire à 1€

La désormais traditionnelle foire à 1€ de Statte vient de se clôturer ce week-end sur un bilan une nouvelle fois excellent. D’une édition à l’autre, elle se développe et attire chaque année de plus en plus de monde. Il s’agit donc d’un évènement qui répond à une vraie demande et qu’il faut continuer de soutenir.

Le succès de l’évènement engendre toutefois certaines difficultés en termes de sécurité aux abords du champ de foire, sur lesquelles le Collège communal doit se pencher très sérieusement en vue des éditions futures, sous peine d’avoir un jour un véritable accident grave.

Plusieurs Hutois nous ont en effet interpellés à la suite d’accrochages qu’ils avaient eu, ou manqué d’avoir, à cet endroit. Une Hutoise a par exemple expliqué y avoir heurté un enfant qui sortait de la foire, alors qu’elle respectait pourtant parfaitement le code de la route. Heureusement, elle roulait doucement et tout le monde en est sorti indemne, mais le risque d’accident existe réellement, surtout quand il commence à faire noir.

Lors du Conseil communal de ce 13 novembre, nous interrogerons donc le Collège communal sur les mesures à prendre pour sécuriser les abords du champ de foire.

En vue des futures éditions de la Foire à 1€, ne serait-il ainsi pas opportun que la Ville prenne des mesures afin de mieux sécuriser les déplacements piétons aux abords du champ de foire ?

Ne pourrait-on pas songer, par exemple, à agrandir encore l’aire de parking et à créer une entrée sur la foire depuis celle-ci ? Nous pourrions aussi baliser et protéger les déplacements le long de la chaussée grâce à des installations temporaires, type blocs de béton ou autres. Pourquoi ne pas également envisager le placement d’un passage pour piétons éclairé à proximité ?

Voici quelques-unes des propositions que nous formulerons au prochain Conseil communal afin que cet évènement reste toujours une fête !

Share

Motion de soutien aux Editions de l’Avenir

Le 23 octobre dernier, Nethys, propriétaire des Editions de l’Avenir, a annoncé une importante restructuration du groupe impliquant le licenciement d’un quart du personnel, soit 60 équivalents temps plein. Ces licenciements s’accompagnent en outre de la décision de confier l’impression du journal au groupe Rossel et d’en changer le format.

Cette décision est non seulement dangereuse pour l’indépendance et la qualité du journal, mais aussi irrespectueuse du personnel qui effectue au quotidien un travail essentiel dans des conditions déjà extrêmement difficiles. Comment peut-on en effet croire que la qualité du journal restera la même avec un quart des moyens humains en moins, sans terminer d’épuiser complètement les équipes ?

C’est pourquoi, le groupe Ecolo déposera, lors du conseil communal de ce 13 novembre 2018, une motion visant à marquer le soutien de la Ville de Huy aux travailleurs du journal et à demander que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilité pour sauvegarder cet outil important.

La presse constitue en effet un pilier essentiel de notre démocratie. C’est son indépendance et son efficacité qui garantissent l’information libre et correcte du grand public, participant notamment au contrôle des actes posés par les pouvoirs publics. A ce titre, les libertés de presse et d’expression sont garanties par de nombreuses conventions internationales et par notre Constitution, en tant que droits fondamentaux.

Il est donc de la responsabilité des communes associées au groupe Publifin, détenteur du groupe Nethys, qui pour rappel fonctionne avec 100% de capitaux publics, de faire entendre leur voix dans ce débat pour appeler à sauvegarder le pluralisme, l’indépendance et la qualité de la presse.

Encore une fois, les communes ont été mises devant le fait accompli par les dirigeants de Nethys qui n’ont même pas informé le Conseil d’administration de Publifin, où siègent les représentants communaux, des décisions qui allaient être prises au sujet des Editions de l’Avenir. Des décisions extrêmement violentes et indignes d’une entreprise à capitaux publics…

A travers la motion déposée au conseil communal, nous demandons donc à la Ville de Huy de marquer son désaccord avec les décisions annoncées par le management de Nethys.

Nous demandons par ailleurs à la Ville de se positionner en faveur d’une sortie immédiate des Editions de l’Avenir du groupe Publifin-Nethys, comme le demandait le rapport de la commission d’enquête Publifin. Cela pourrait se faire en passant par exemple par une reprise, au moins temporaire, par un outil wallon dans le cadre d’une opération de portage régional, comme demandé par l’ensemble des groupes politiques du Parlement wallon il y a quelques mois.

Nous demandons enfin que tous les administrateurs du groupe Publifin-Nethys veillent en tout temps au respect des travailleurs et de leurs droits aux perspectives de pérennité et de développement du journal L’Avenir.

Découvrez le texte de la motion.

Share

World Clean Up Day : Ecolo nettoie les rues de Huy

Ce samedi 15 septembre 2018, des millions de volontaires s’activaient à travers 150 pays pour nettoyer notre planète dans le cadre de l’opération « World Clean Up Day ». À Huy, c’est Ecolo qui s’était levé de bonne heure pour rendre les rues de Huy plus propres. Accompagnés d’une équipe de militants marchinois et hutois, et armés de sacs jaunes et bleus, les candidats Ecolo ont parcouru la Ville de Huy depuis la place des Italiens jusqu’au local Ecolo du centre-ville (rue du Coq, 9). La récolte fut fructueuse puisque ce sont 24 sacs jaunes et 19 sacs bleus qui ont été ramassés.

La propreté en Ville est la priorité des écologistes à Huy, mais aussi des citoyens qui nous le rappellent systématiquement lors des tours de quartier et porte-à-porte. Le services communaux de nettoyage des rues et des lieux publics fournissent déjà un travail difficile. Il faut valoriser leur service à la commune, trop peu souvent reconnu. Cette action démontre en effet qu’il n’est pas facile de conserver la propreté dans nos rues. D’où aussi l’importance de mettre en place des mesures plus efficaces et structurelles pour améliorer la propreté à Huy et responsabiliser, éduquer, les citoyens au bon vivre ensemble.

Parmi ses 600 idées pour créer #huyautrement (http://ecolohuy.be/notre-ville-assure-un-cadre-de-vie-sur-et-propre/), Ecolo propose 3 idées phares pour rendre nos rues plus propres et agréables :

  1. Plus de poubelles en rue, avec cendriers et compartiments pour tri des déchets (comme dans les gares SNCB). Trop de citoyens se plaignent en effet de parcourir des centaines de mètres en rue sans trouver de poubelle publique pour jeter leurs déchets.
  2. Des distributeurs de sacs pour les déjections canines. Certains trottoirs à Huy sont en effet jonchés d’excréments canins.
  3. Une application mobile en lignepour smartphones et sur PC/Mac qui permettrait à tous les citoyens de signaler les petits et grands problèmes dans leur quartier.

Ecolo défend une Ville de Huy Zéro Déchet !

Share

Un terrain pour l’atterrissage de l’hélicoptère médicalisé à Huy ? Il y a urgence !

Tout le monde connaît l’hélicoptère médicalisé de Bras-sur-Lienne qui offre un service médical d’urgence particulièrement efficace et utile lorsqu’une intervention très rapide s’avère nécessaire.

Jusqu’il y a peu, pour déposer ou transporter des patients vers ou depuis le CHRH, il atterrissait à Huy en deux endroits : sur le carrefour de Huy-Sud et à la caserne des pompiers. Les interventions étaient très régulières puisque l’on comptait au moins un atterrissage toutes les deux semaines.

Or, suite au durcissement récent de la législation aéronautique, il est désormais interdit à l’hélicoptère médicalisé d’atterrir à Huy dans les deux endroits qui étaient prévus à cet effet, sauf situation d’urgence exceptionnelle.

Il n’y a donc plus que quelques atterrissages par an, ce qui pose réellement problème en termes de santé publique, de service au citoyen et de développement du CHRH.

A moyen terme, l’hôpital a prévu la construction d’un héliport sur son site, ce qui devrait porter le potentiel d’atterrissages à une cinquantaine par an.

Mais d’ici là, il faut absolument trouver rapidement une solution alternative.

C’est pourquoi, la Province de Liège a décidé, en janvier dernier, d’apporter un soutien financier aux communes qui souhaitent équiper un terrain de football d’un dispositif de commande à distance de l’éclairage par l’hélicoptère médicalisé, de façon à permettre son atterrissage.

De nombreuses communes de notre arrondissement ont répondu positivement à cet appel. C’est notamment le cas de Braives, Burdinne, Clavier, Modave, Ouffet, Villers-le-Bouillet, Remicourt, Waremme, Ferrière, Marchin et Clavier.

La Ville de Huy, en revanche, n’a introduit aucune demande. Or, il semble essentiel qu’elle équipe elle aussi un terrain de football de ce dispositif, a fortiori vu la présence sur son territoire d’un hôpital régional.

Le CHRH a écrit en ce sens à la Ville en indiquant que le Stade Legrand, à Tihange, ferait parfaitement l’affaire.

Lors du Conseil communal de ce mardi 21 août, nous proposerons donc à la Ville de répondre positivement à cet appel.

Share

Comment rendre le plan canicule plus efficace pour nos aînés ?

Avec les Diables rouges, l’autre évènement qui a marqué l’été, c’est bien évidemment la chaleur caniculaire, extrêmement difficile à supporter pour de nombreuses personnes plus fragiles. On pense avant tout aux personnes âgées qui sont souvent isolées et livrées à elles-mêmes. Et malheureusement, les périodes de fortes chaleurs sont amenées à se répéter dans les prochaines années.

Cet été, la Ville de Huy a donc activé son « plan canicule » dont l’objectif est de venir en aide aux personnes âgées, en contactant chaque matin, par téléphone, les personnes de plus de 75 ans inscrites à cet effet auprès des services communaux.

S’il s’agit évidemment d’une initiative positive tout à fait louable, force est de constater qu’elle reste très ponctuelle et clairement insuffisante.

Ainsi, selon nos informations, seuls 50 citoyens de plus de 75 ans se seraient inscrits sur les 1431 citoyens contactés. C’est extrêmement peu et cela pose évidemment question.

Lors du Conseil communal de ce mardi 21 août 2018, nous interpellerons donc le Collège afin de connaître le bilan qu’il tire de la mise en œuvre du plan canicule et, surtout, de l’inviter à prendre des dispositions complémentaires pour toucher l’ensemble des citoyens vulnérables et les soutenir plus efficacement.

C’est notamment l’occasion de rappeler notre proposition, faite en mars 2017, de mettre en place un réseau d’ « anges gardiens » à Huy, par lequel des bénévoles s’inscriraient sur un répertoire et offriraient leur aide aux personnes en difficulté, pour le transport, les courses, ou tout simplement leur tenir compagnie ou prendre régulièrement de leurs nouvelles. La Ville pourrait alors jouer le rôle d’interface dans ce réseau, qui ne coûterait rien et serait parfaitement complémentaire avec les services déjà existants.

Cette idée aura-t-elle plus de succès cette fois-ci, suite aux fortes chaleurs de cet été ? Réponse lors du conseil de ce mardi soir.

Share

Pourquoi ne pas réhabiliter le sentier reliant la rue du Marais à la rue Legrand ?

Le comité de quartier de Tihange bas interpelle régulièrement la Ville depuis plusieurs années pour demander la réhabilitation d’un sentier sur le lit d’un ancien ruisseau reliant le coin de la rue du Marais à l’extrémité de la rue Legrand.

Il s’agit d’un sentier qui existait à l’époque mais qui a progressivement disparu et n’est malheureusement plus accessible aujourd’hui.

Sa réhabilitation améliorerait pourtant considérablement la qualité de vie des Tihangeois et aurait beaucoup de sens dans le cadre de la nouvelle redynamisation du Centre Nobel. Ce sentier permettrait en effet d’accéder, dans un sens, à la crèche, au Centre Nobel, aux terrains de football, au zoning commercial, et dans l’autre sens, au centre de Tihange, à l’église, la pharmacie, les écoles, etc.

Un tel projet permettrait donc aux riverains de se déplacer d’un côté à l’autre de Tihange en toute sécurité, alors que la circulation automobile y est parfois très dense et dangereuse pour les piétons, cyclistes et PMR.

Les riverains sont d’ailleurs tout à fait prêts à mettre la main à la pâte pour réhabiliter ce sentier, mais ils ont besoin de l’aide et de l’autorisation de la Ville.

La Ville peut-elle donc s’engager à les aider à réaliser ce beau projet pour leur quartier ?

Share

Quels dispositifs mis en place par la Ville pour faciliter le vote des personnes handicapées ?

Il y a 6 ans, juste avant les élections de 2012, nous avions rencontré une habitante de Saint-Léonard dont la fille était aveugle. Sa fille souhaitait absolument exercer son droit de vote, mais cette dame était dans l’impossibilité de la conduire au bureau de vote et encore moins de l’assister pour voter. Elle était donc allée trouver la Ville pour savoir quelle(s) aide(s) elle pouvait obtenir. Et la seule réponse qu’elle avait obtenue avait été : « Adressez-vous à un parti politique »…

Cette réponse n’est évidemment pas satisfaisante et démontre l’importance d’améliorer la situation !

La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée par la Belgique en 2009, stipule explicitement que le vote doit être accessible à tous et que les autorités doivent organiser l’aide nécessaire pour permettre à toutes les personnes handicapées d’aller voter.

D’où la question que nous poserons à l’occasion du Conseil communal de ce 25 juin, qui comporte deux volets.

1) Quelles initiatives spécifiques la Ville compte-t-elle mettre en place afin de faciliter l’accès aux bureaux de vote pour les personnes souffrant d’un handicap ? Notamment en termes de transports, d’accessibilité de l’ensemble des bureaux de vote, de sensibilisation des présidents de bureaux et assesseurs, etc. Pourquoi ne pas également installer des bureaux de vote dans certaines maisons de repos pour les personnes âgées qui ont du mal à se déplacer ?

2) Et surtout, comment la Ville envisage-t-elle d’informer efficacement les citoyens concernés des différentes aides qui existent ou seront mises en place et pour lesquelles une demande spécifique doit être effectuée préalablement (transport, assistance, bureaux adaptés) ? A cet égard, c’est notamment essentiel d’informer le personnel communal afin qu’il puisse répondre adéquatement aux questions qui lui seront posées.

Share

Quel avenir pour les œuvres d’art en Ville ?

 

 

 

 

 

 

 

 

L’installation de la cabine de l’ancien téléphérique sur le rond-point situé au bout du Quai d’Arona a récemment fait couler beaucoup d’encre et de salive. Au-delà du symbole et de l’avis des uns et des autres sur l’aspect esthétique ou approprié de l’installation, c’est l’occasion de s’interroger sur la place de l’art en Ville.

De nombreuses œuvres d’art se trouvent en effet dans un état de dégradation avancée. Elles sont très peu entretenues et absolument pas mises en valeur. Parfois, elles ont carrément disparu, ne laissant subsister que la structure, ce qui représente un danger puisque des personnes en viennent même à trébucher et s’y blesser.

C’est notamment le cas des œuvres situées sur l’Avenue des Ardennes et aux alentours…

Nous pensons principalement aux peintures d’Eric Lefebvre fortement dégradées, à la sculpture de Cécile Plancq, abîmée et peu entretenue, et surtout à l’œuvre de Lorent Matagne, pour lequel nous avons évidemment une pensée particulière, vandalisée il y a 6 ans et jamais réparée depuis…

D’où la question que nous poserons lors du Conseil communal de ce 25 juin : que compte faire concrètement le Collège pour rénover et entretenir ces œuvres qui en ont bien besoin et qui sont une vitrine de notre Ville ?

Et de façon plus générale, ne faudrait-il pas avoir une réflexion plus large sur la conservation et l’entretien de l’art en Ville, en réalisant notamment un état des lieux des œuvres d’art qui se trouvent sur le territoire communal afin d’établir un plan de restauration et d’entretien de celles-ci ?

Share

Notre programme : 600 idées pour créer #Huyautrement en 6 ans !

Après des dizaines d’heures de rencontres, de réunions avec les comités de quartier et avec les forces vives de la Ville, de porte-à-porte chez les Hutoises et les Hutois, le voilà, il est enfin là : le programme. Ecolo est le premier parti à divulguer son projet de Ville pour les élections du 14 octobre 2018. Le contenu ? 600 idées pour créer #HuyAutrement en 6 ans !

Ces 600 idées ne tombent pas du ciel ; elles ont été portées par nos Conseillers communaux dans l’opposition durant toute la mandature précédente lors de chaque Conseil, elles ont été étudiées par tous nos candidats et sympathisants au sein de groupes de travail ouverts, mais surtout elles ont émergé des demandes concrètes lors de nos rencontres avec vous. C’est ça aussi une autre manière de faire de la politique : un programme qui ne ressemble pas à des paroles en l’air de politiciens, mais traduit les réalités du terrain et les demandes des citoyens.

Nous en sommes convaincus : Huy a aujourd’hui besoin d’énergie, de dynamisme et d’un projet de redéploiement enthousiasmant porté par des responsables qui s’y consacrent à 100%. Leur rôle est d’insuffler une véritable vision créative, sociale et innovante, en mobilisant réellement tous les Hutois qui ne demandent qu’à faire bouger leur Ville.

Alors, la voilà cette nouvelle vision d’une Ville de Huy qui bouge pour toutes et tous : un programme ambitieux mais réaliste, divisé en 9 chapitres qui traduisent chacun un idéal et qui seront dévoilés tout au long de l’été.

  1. Notre Ville est solidaire, elle relève le défi de l’interculturalité, elle offre un logement pour tous et elle promeut la santé;
  2. Notre Ville offre une mobilité fluide, sûre et apaisée pour chaque usager;
  3. Notre Ville est touristique, culturelle, sportive et dynamique;
  4. Notre Ville est commerçante et attractive;
  5. Notre Ville associe les citoyens aux décisions prises, en toute transparence;
  6. Notre Ville est amie des enfants, des jeunes, des familles et des aînés;
  7. Notre Ville est énergétique, verte, propre et agréable;
  8. Notre Ville est rurale, agricole et respecte le bien-être animal;
  9. Notre Ville assure un cadre de vie sûr et propre.

600 idées pour créer #HuyAutrement en 6 ans ! C’est par ici : Demandez le programme !

Share