Le parking du Quadrilatère respecte-t-il les normes applicables ?

Récemment, plusieurs articles de presse ont fait état d’inquiétudes concernant la ventilation du parking du Quadrilatère (appelé désormais parking du Centre). Ainsi, depuis maintenant 3 ans, plus aucun système spécifique de ventilation des étages enterrés du parking n’existe.

Or, en matière de parkings enterrés, la législation impose une aération mécanique obligatoire pour des raisons évidentes de santé publique et de sécurité. En effet, en l’absence de ventilation suffisante, différents gaz toxiques (CO, NO, NOx, NO2) peuvent stagner et constituer un véritable danger pour la santé et la sécurité.

Un tel système est ainsi non seulement imposé par la législation, mais également par les conditions particulières du permis unique octroyé pour l’exploitation du parking en février 2012 (P. 12 des conditions particulières du permis unique (art. 3)) :

Le parking du Quadrilatère est un parking fréquenté quotidiennement par de nombreux enfants que leurs parents conduisent dans les écoles du centre-ville. Et tout le monde sait qu’ils sont particulièrement sensibles aux gaz toxiques.

Nous avons évidemment lu, dans un communiqué de la Ville, que cette dernière avait fait réaliser une analyse de CO le 5 décembre 2018 qui n’a pas détecté de problème particulier.

Toutefois, non seulement le CO n’est pas le seul gaz toxique à pouvoir potentiellement stagner, mais surtout une telle analyse, pour être concluante, doit être réalisée sur une longue période, puisque la teneur en gaz à l’intérieur des parkings dépend évidemment des conditions météorologiques du jour de l’analyse.

Et plus fondamentalement, la réalisation d’une étude ne dispense pas, nous semble-t-il, de respecter la législation et le permis unique (qui imposent ces conditions pour de bonnes raisons). Or, ce n’est actuellement pas le cas.

Dès lors, à l’occasion du Conseil communal de ce 22 janvier, nous interrogerons le Collège afin de savoir ce qu’il compte mettre en œuvre pour remédier à cette situation d’illégalité et garantir la santé publique et la qualité de l’air des nombreux usagers quotidiens ?

Share

Un terrain pour l’atterrissage de l’hélicoptère médicalisé à Huy ? Il y a urgence !

Tout le monde connaît l’hélicoptère médicalisé de Bras-sur-Lienne qui offre un service médical d’urgence particulièrement efficace et utile lorsqu’une intervention très rapide s’avère nécessaire.

Jusqu’il y a peu, pour déposer ou transporter des patients vers ou depuis le CHRH, il atterrissait à Huy en deux endroits : sur le carrefour de Huy-Sud et à la caserne des pompiers. Les interventions étaient très régulières puisque l’on comptait au moins un atterrissage toutes les deux semaines.

Or, suite au durcissement récent de la législation aéronautique, il est désormais interdit à l’hélicoptère médicalisé d’atterrir à Huy dans les deux endroits qui étaient prévus à cet effet, sauf situation d’urgence exceptionnelle.

Il n’y a donc plus que quelques atterrissages par an, ce qui pose réellement problème en termes de santé publique, de service au citoyen et de développement du CHRH.

A moyen terme, l’hôpital a prévu la construction d’un héliport sur son site, ce qui devrait porter le potentiel d’atterrissages à une cinquantaine par an.

Mais d’ici là, il faut absolument trouver rapidement une solution alternative.

C’est pourquoi, la Province de Liège a décidé, en janvier dernier, d’apporter un soutien financier aux communes qui souhaitent équiper un terrain de football d’un dispositif de commande à distance de l’éclairage par l’hélicoptère médicalisé, de façon à permettre son atterrissage.

De nombreuses communes de notre arrondissement ont répondu positivement à cet appel. C’est notamment le cas de Braives, Burdinne, Clavier, Modave, Ouffet, Villers-le-Bouillet, Remicourt, Waremme, Ferrière, Marchin et Clavier.

La Ville de Huy, en revanche, n’a introduit aucune demande. Or, il semble essentiel qu’elle équipe elle aussi un terrain de football de ce dispositif, a fortiori vu la présence sur son territoire d’un hôpital régional.

Le CHRH a écrit en ce sens à la Ville en indiquant que le Stade Legrand, à Tihange, ferait parfaitement l’affaire.

Lors du Conseil communal de ce mardi 21 août, nous proposerons donc à la Ville de répondre positivement à cet appel.

Share

Prescriptions médicales électroniques : 240 Hutois bientôt privés de remboursement des médicaments

Des médecins hutois inquiets nous ont contactés afin d’attirer l’attention des autorités communales sur un sujet important, à savoir le recours obligatoire et exclusif, à partir du 1er janvier prochain, aux prescriptions médicales électroniques, avec les conséquences importantes qui en découleront.

En effet, dès cette date, les médecins ne pourront plus utiliser de prescriptions papiers, sauf en cas d’urgence. La vérification de la prescription se fera uniquement via la carte d’identité du patient. Le seul moyen pour ce dernier d’obtenir le remboursement des médicaments sera donc de disposer d’une carte d’identité valide. Sans cette dernière, aucun remboursement ne sera possible et le patient devra payer le prix plein du médicament prescrit.

Or, les médecins sont inquiets puisqu’il arrive régulièrement que des patients ne disposent pas de carte d’identité valide. Actuellement, 240 Hutois ne disposent pas d’une carte d’identité en cours de validité, malgré les rappels envoyés par l’administration communale. Aujourd’hui, cela ne pose pas de souci insurmontable, puisqu’une prescription papier peut toujours être réalisée. Mais cela ne sera plus le cas à partir du 1er janvier et l’accès aux soins risque dès lors de s’en trouver fortement compliqué pour ces personnes, vu le prix extrêmement élevé de certains médicaments remboursés.

Le pouvoir communal ne peut évidemment pas influencer ces décisions qui sont du ressort du gouvernement fédéral. Par contre, il a la possibilité de sensibiliser les Hutois à l’importance de se mettre en ordre quant à leurs papiers d’identité, en organisant notamment une campagne d’information ciblée sur le sujet.

Lors du Conseil communal de ce mardi 10 octobre, nous demanderons donc au Collège s’il est au courant de cette problématique et s’il envisage d’entreprendre des démarches afin de s’assurer que l’ensemble des citoyens dispose bien d’une carte d’identité valide au 31 décembre prochain.

 

Share

Vidéo : « Ecolo veut fermer les centrales nucléaires  » – RTC

rtc nucléaire

A quelques jours des trente ans de l’accident nucléaire de Tchernobyl, Ecolo a tenu une conférence de presse non loin de la centrale de Tihange. Les Verts estiment que les centrales nucléaires en Belgique posent beaucoup trop question et qu’il est désormais grand temps de les fermer définitivement.

Retrouvez le reportage sur : http://www.rtc.be/reportages/politique/1470802-ecolo-veut-fermer-les-centrales-nucleaires.

 

Share